Une bonne durée de sommeil est nécessaire

Le corps et l’esprit ont besoin de suffisamment de pauses pour être fonctionnels. Un manque de sommeil peut par contre avoir une influence sur la fertilité.

Les nombreux défis du quotidien conduisent souvent à réduire la durée du sommeil. Du fait de l’inquiétude et du stress, de plus en plus de personnes souffrent de troubles du sommeil, ne peuvent pas s’endormir ou dormir toute la nuit.

Le manque de sommeil limite les performances, augmente l’irritabilité et rend plus vulnérable aux maladies corporelles et psychiques, mais il a aussi une influence sur la fertilité. La mélatonine et la leptine sont les hormones qui en sont responsables: la mélatonine – dite l’hormone du sommeil – est libérée lorsque l’obscurité augmente et cause la fatigue du soir. Elle a aussi un rôle de protection sur les ovocytes. La leptine est un indicateur important de l’état énergétique du corps: Si les réserves sont épuisées, l’hormone réduit l’activité des ovaires. Dans le pire des cas, les règles peuvent même totalement disparaître.

Il est nécessaire de dormir suffisamment pour que la fertilité naturelle puisse être exploitée de façon optimale. Chacun est juge de la quantité de sommeil dont il a besoin. Ce devrait être cependant un minimum de sept heures de sommeil. La durée du sommeil, mais aussi le respect d’horaires de coucher réguliers sont importants pour une bonne qualité du sommeil. Un matelas de qualité pour le dos, de l’air frais et des températures douces dans la chambre sont nécessaires à un confort de sommeil correspondant.

Des exercices de détente aident le soir à trouver le calme intérieur. Il est plus facile de s’endormir lorsque l’on n’a pris les heures précédentes qu’une nourriture légère et succincte et que l’on renonce à la télévision, à la tablette et au téléphone portable: ces appareils dispensent une lumière bleue qui empêche la production de mélatonine.

Vous pouvez soutenir votre organisme à l’aide de Proxeed®Women: les vitamines B, C et D contenues dans le complément alimentaire soutiennent l’activité hormonale, protègent les cellules du stress oxydatif et participent à la division cellulaire.